AD LIB (jusqu’à ce que nous soyons pleinement satisfaits)

 

Création 2017

 

  

DE ET AVEC  

Cécile Carbonel, Jules Jacquet,

Quentin Mabit, Louise Maurice,

Delphine Meilland, Laurène Nouvellon,

Nicolas Spina, Maude Terrier

 

CRÉATION LUMIÈRE 

Paul Berthomé

 

RÉGIE SON 

Alexandre Hulak

 

DURÉE

2h15

 

SOUS LE REGARD BIENVEILLANT

D’Alexandre Le Nours

L’HISTOIRE

Au départ il y a huit comédiens et comédiennes.
Puis il y a Estelle, Manu, Andréa, Steph, Lola et Jean, réunis ici par Antoine. Ici, c’est la maison dont il vient d’hériter. Cette maison qui abritait autrefois son enfance, et qui aujourd’hui renferme des souvenirs et des secrets. Antoine veut lui donner un nouveau souffle. C’était sans compter sur l’arrivée de Julie, sa sœur. Elle ne voit pas cette maison comme un espoir, ni comme une chance de s’affranchir du passé, mais comme un poids. Julie veut s’en débarrasser. Les huit personnages seront alors confrontés à leur passé, mais surtout à leur présent : celui de la cohabitation fortuite, celui qui leur échappe et colore leur futur. Chacun se fraiera un chemin dans les méandres de ses souvenirs, blessures et projections. Et que fait-on de ses amours ? Si certains pensent qu’il faut toujours avancer sans se retourner, d’autres n’ont de cesse de vouloir raviver le feu du passé. Aujourd’hui, lorsqu’on a entre 20 et 30 ans, que fait-on de son bagage, de son éducation, de ses cicatrices ? De quoi veut-on s’émanciper ? Quels choix doit-on faire pour s’accomplir ? Comment réaliser son rêve de liberté ?
Ces questions nous sont apparues lors de nos premières improvisations et ont jalonné notre travail : nous avons recommencé, effacé, soigné, raturé, étiré, assemblé, imaginé Ad Libitum. Jusqu’à ce que nous soyons pleinement satisfaits. 

INTENTION ARTISTIQUE

AD LIB (Jusqu’à ce que nous soyons pleinement satisfaits) est notre première création et, en tant que manifeste, elle pose les premiers jalons de notre mode de fonctionnement en tant que collectif. Nous sommes donc partis des envies de chacun que nous avons mis en commun, pour composer une histoire à huit. Le spectacle est intrinsèquement lié à sa genèse et aux conditions qui l’ont vu naître : en résidence à Amboise dans une grange aménagée, et dans un lieu de vie commun au sein d’une maison de famille bourgeoise, empreinte d’histoire et de souvenirs. Ces éléments se sont retrouvés dans nos premières ébauches de travail et, avec la dynamique d’un groupe composé d’individualités fortes et prêtes à en découdre, est née l’intention d’AD LIB. Nous avons pioché dans nos boîtes à outils (textes, films, souvenirs, objets, musiques, rêves, photos…) pour improviser, créer des personnages et une matière théâtrale que nous avons modelés, transformés, jusqu’à constituer des séquences à part entière. En tissant ces séquences les unes aux autres, nous désirions créer une forme cohérente tout en mettant à profit les sensibilités de chacun; avec comme base de travail une histoire qui puisse être réelle. Mais ce travail d’écriture ne s’est pas contenté de la logique ni du dramaturgiquement correct: l’histoire s’est spontanément enrichie de scènes non réalistes, qui racontent les personnages à travers des prismes poétiques. 

Nous écrivons, dirigeons et mettons en scène à huit: nous tenions particulièrement à ce que le spectacle soit le reflet de notre travail collectif. Dans la phase de recherche, chacun a été amené à sortir du groupe pour observer et guider les improvisations. Nous avons ainsi avancé sous le regard des sept autres, et exploré nos envies de diriger et d’être dirigé. Ce système a permis à chacun de s’exprimer individuellement et ainsi de faire émerger le plus de matière possible, pour que le groupe puisse s’en saisir et développe un langage commun. Dans la phase de création, nous avons sollicité la mobilité de chacun. Les fonctions de metteur en scène, dramaturge, acteur, scénographe, costumier, écrivain, et assistant technique ont été assumées par tous, avec des passages de relai réguliers, garants de la cohérence de l’ensemble. 

DATES

17 et 18 novembre 2017

À la Charpente, Amboise (37)

2 mars 2017
À la Pléiade, La Riche (37)

Du 12 au 16 septembre 2018
Au Théâtre de l’Opprimé (75)

Les 11 et 12 octobre 2019
À l’Espace Béraire, La Chapelle Saint-Mesmin (45)

EN IMAGES

Crédits photo : Laurène Nouvellon – M[Art]ha – Marie Pétry

Bande annonce : Cédric Bechereau