CRÉATION 2021

Le Vertige des Girafes

JEU
Delphine Meilland

TEXTE, MISE EN SCÈNE, MUSIQUE
Jules Jacquet

LUMIÈRES
Paul Berthomé

DÉCORS
Paul Berthomé et Alexandre Hulak

La Charpente, lieu de création

PRODUCTION
Collectif Le Poulpe 

CO-PRODUCTION
EPCC Issoudun / Centre Albert Camus, Issoudun (36) — Ville de Château-Renault (37) — L’Atelier de Fabrique Artistique du Cher (18) : Le Luisant, Germiny-L’Exempt — La Carrosserie Mesnier, Saint-Amand-Montrond — Le Carroi, Menetou-Salon
[production en cours]

SOUTIEN

Région Centre-Val-de-Loire dans le cadre des Parcours de production solidaires, Conseil Départemental d’Indre-et-Loire (37)

RÉSIDENCES

Le Rexy, Saint-Pierre-des-Corps (37) — Les Quatre Vents, Rouziers-de-Tourraine (37) — Le 37ème Parallèle, Tours (37) — Salle des Fêtes, Saint-Jean-de-Braye (45) —Emmetrop, Bourges (18)

DIFFUSION
Les Filles du Jolivet / diffusion@lesfillesdujolivet.com / 02 34 74 85 00

CALENDRIER 

2020 / 2021

> Le 5 mars 2021 à 20h30
Centre Culturel Albert Camus, EPCC Issoudun (36)
En savoir plus…

> Le 17 avril 2021
Le Luisant, Germigny-l’Exempt (18) 

2019 / 2020

> [CHANTIER] le 24 octobre 2019 à 16h
37ème Parallèle, Tours (37)

PRÉSENTATION

Le Vertige des Girafes est le portrait d’une jeune femme seule, rêveuse et pas tout à fait adaptée au monde dans lequel elle évolue. Elle erre dans son appartement, elle parle toute seule, pense aux inconnus qu’elle rencontre à la bibliothèque (oui parce qu’elle travaille à la bibliothèque), elle fait des concerts pour sa plante verte, elle réfléchit, beaucoup, elle analyse tout, et puis elle rêve aussi, elle s’imagine tout un tas de choses, se fait des films, imagine ses futurs interviews, revis des situations dont elle change les dialogues à volonté. Elle vit tout de cette façon : par procuration. Parce que c’est moins risqué. Mais c’est une maladie. On appelle ça « un trouble de la rêverie compulsive ». Elle n’y peut rien, elle est comme ça, elle perd pied dans ses songes, jusqu’à ne plus distinguer le réel de l’imaginaire. Elle plonge dans son inconscient, et y fait parfois des rencontres imprévues.
Pourtant, il faudra bien qu’elle finisse par revenir à la réalité, afin de l’affronter, de la vivre pleinement.
Mais la réalité n’est pas et ne sera jamais à la hauteur du fantasme.
Que fera-t-elle alors ?

Nous souhaitons, à travers cette histoire, explorer la solitude comme un terrain de jeu, et ainsi observer à la loupe les pensées, les digressions et les divagations qu’elle occasionne, donner à voir ce que nous nous permettons de dire et d’être lorsque nous sommes seuls. C’est un portrait qui met en lumière des questions existentielles dans lesquelles tout le monde peut se reconnaître.

©Jules Jacquet