TEXTE, MISE EN SCÈNE ET MUSIQUE
Jules Jacquet

INTERPRÉTATION
Delphine Meilland

LUMIÈRES
Paul Berthomé

CRÉATION
Saison 2020-2021

DURÉE ESTIMÉE
1h15

« Quand je suis seule et que je peux inventer
Que tu es là, tout près de moi,
Je peux m’imaginer tout bas
Une déclaration, ma déclaration. »
France Gall – La déclaration d’amour de Michel Berger (1974) 

Nous voulons raconter une histoire qui parlera de l’amour inconditionnel d’une jeune fille pour une artiste, de son désir d’avoir ce qu’elle n’a pas, de son envie d’être ce qu’elle ne sera jamais, de son oubli d’elle-même dans l’idolâtrie.

Le spectacle sera le portrait d’une jeune femme dans son quotidien de solitude, et dans lequel l’imaginaire l’emporte sur la réalité, jusqu’à se confondre avec elle. En prise avec ses propres pensées, Delphine (appelons-la Delphine pour le moment), imaginera son idole, saura parfaitement parler, marcher, se mouvoir comme elle, racontera sa future rencontre avec elle – dans tous les scénarios et dans toutes les digressions possibles, osera même l’incarner parfois, juste le temps de lui faire dire ce qu’elle voudrait lui entendre dire. Et, comme elle voudra être elle-même une idole, elle aura écrit ses propres chansons, répètera minutieusement ses futures interviews, idéalisera inlassablement sa célébrité, jusqu’à vouloir, peut-être, se transformer en celle qu’elle admire tant.

Et puis enfin, elle la rencontrera, elle, elle la croisera peut-être quelques secondes – c’était inévitable, cela ne pouvait pas être autrement. Et elle s’apercevra alors que la réalité n’est pas et ne sera jamais à la hauteur du fantasme. Et l’idole alors disparaîtra, la laissant soudain seule face à elle-même.
Et que fera-t-elle alors ? 

UNE CHANSON DE JULES

UNE CHANSON DE DELPHINE

Graphisme et photos : ©Jules Jacquet