Si j’avais su, je serais resté chez moi

Création 2017
THÉÂTRE HORS-LES MURS
Spectacle proposé chez l’habitant, dans des lieux patrimoniaux et culturels

CO-ÉCRITURE ET JEU
Jutine Calais-Gillot, Cécile Carbonel, Alexandre Finck, Nicolas Spina, Maude Terrier

DIRECTION ET MISE EN SCÈNE
Delphine Meillant

RÉGIE GÉNÉRALE
Brice Trinel

DUREE :
1h

PRESENTATION

Justine, Cécile, Alex, Nicolas et Maude sont amis. Ils ont décidé de louer ensemble une maison le temps d’un weekend. Arrivés sur place, et malgré l’euphorie que leur procure l’idée de passer deux jours loin de tout, ils réalisent que les choses ne se dérouleront pas comme ils l’avaient prévu.

En mars 2017, et dans le cadre du festival L’Incruste de l’association ACTED, Doppelgänger crée Si j’avais su, je serais resté chez moi, désirant approfondir sa réflexion autour de la peur, à travers le cinéma de genre. En effet, celui-ci fait appel à nos angoisses les plus primitives et se loge de manière très ancrée dans l’inconscient collectif. C’est ce désir de ré-explorer et de ré-interpréter une oeuvre, en en questionnant les codes et les systèmes narratifs, qui constitue l’essence du projet. En proposant une forme immersive, jouée chez des particuliers, Doppelgänger souhaite mettre le spectateur encore plus près de ses peurs et ainsi pouvoir faire vivre aux spectateurs une expérience sensitive et cathartique hors du commun.

Si j’avais su, je serais resté chez moi est plus particulièrement inspiré du Slasher, sous-genre cinématographique qui met en scène les meurtres successifs de jeunes gens isolés, commis par un tueur en série. Halloween, Massacre à la Tronçonneuse, Scream, en sont les exemples les plus parlants.

Le Slasher raconte toujours l’histoire d’un groupe d’individus composé de personnalités fortes et très dessinées. C’est pourquoi les personnages du spectacle sont pensés en fonction de leurs caractères : Justine (L’organisée), Cécile (L’angoissée), Alexandre (L’obsessionnel), Nicolas (L’écervelé) et Maude (La téméraire), au regard de leur particularité, adopteront tous leur propre manière de réagir à la menace. C’est dans l’effervescence créée par la difficulté de prendre ensemble une décision face à un danger que résidera la théâtralité du spectacle.

Photos et bande annonce : Kajanthan Gugananthan