le poulpe c’est quoi ?

Le Poulpe est un Collectif, créé en 2017 par Cécile Carbonel, Jules Jacquet, Quentin Mabit, Louise Maurice, Delphine Meilland, Laurène Nouvellon, Nicolas Spina et Maude Terrier. 

Nous nous sommes rencontré•es lors de nos études au Conservatoire de Tours (37) et c’est entre les quatre murs de la salle Molière que s’est inscrite en chacun•e de nous, l’idée que le théâtre, au-delà d’une pratique ou d’un style, est d’abord une question de générosité. 

Nous sommes rassemblé•es par le désir de créer des projets dans le domaine du spectacle vivant. Les spectacles du Poulpe, sont portés par un•e, plusieurs, voire l’ensemble des membres fondateur•ices du collectif. 

Nous nous sommes réunis en collectif car nous voulons travailler selon les notions de bienveillance, d’échange et d’équité. Ensemble, nous cherchons une méthode de travail afin que nos créations collectives soient faites à huit et ne soient pas le fruit de l’initiative d’un metteur en scène.

Nous explorons de nouvelles techniques et mettons en commun des outils pour créer un langage qui nous est propre.

Nous partageons régulièrement nos réflexions sur le fonctionnement de notre société et les raisons pour lesquelles nous faisons du théâtre. Ces échanges sont les bases fondatrices du Poulpe et nous permettent d’affrirmer, au sein même du collectif, nos envies propres de projets individuels.

Partant d’un principe d’entraide et du constat des difficultés liées à l’émergence des jeunes compagnies, nous souhaitons étendre la solidarité que nous affirmons sur le plateau, et c’est pourquoi Le Poulpe est une structure hébergeant à la fois nos créations collectives et les créations portées par un ou plusieurs membres du collectif.

comment on s’organise ?

Persuadé•es que l’exigence artistique ne naît pas de la compétition mais de la collaboration, nous refusons de croire que des valeurs telles que le partage, l’entraide et la solidarité sont utopiques.

Nous nous organisons de la manière la plus horizontale possible. Cette répartition de la responsabilité nous place dans un niveau d’engagement solide et global pour porter au mieux chaque spectacle (que nous en fassions partie ou non), avec solidarité, et bienveillance.

Nous cherchons à mener une réflexion collective sur le long terme. Pour nous le collectif n’est pas l’espace où les individualités sont uniformisées. Au contraire, sa force vient de la singularité des personnes qui le composent et dans la complémentarité de leurs qualités, ressources, envies et sensibilités. C’est un espace d’écoute, de confiance, et de dépassement.

Nous avons le désir de nous mettre en mouvement artistiquement et humainement, dans la joie de créer, de confronter différentes manières d’aborder le spectacle vivant et la création, et de partager les fruits de notre réflexion avec le plus grand nombre.

nos lignes artistiques

Nous croyons à l’étroit lien entre la façon de créer et la forme qui en résulte. Nous sommes en quête de nouveaux modèles de fonctionnement, de nouvelles notions, d’un nouveau vocabulaire ou métissage de notions existantes.

Notre ligne, bigarrée et libre puisqu’elle découle du fonctionnement pour lequel nous avons opté, est également ancrée dans le réel puisque nous avons à coeur de questionner et explorer ce qui régit nos sociétés, la vie humaine, animale, et végétale pour certain•es. Ainsi les histoires que l’on raconte et que l’on prend plaisir à inventer sont aussi différentes et fantasques que leurs auteur•ices. Si certain•es mettent un zoom sur l’amour, d’autres le mettront sur la solitude, ou encore la dualité. Ce qui nous meut dans cette histoire globale, c’est justement de pouvoir en raconter une multitude de petites qui formeraient un cadavre exquis géant de nos visions singulières de l’Humanité et du Monde.

Nous questionnons la spécificité du théâtre dans le paysage culturel contemporain : lieu de rassemblement et de convivialité, c’est celui que nous avons choisi pour élaborer notre langage (à chacun•e et à tou•tes). Entre réalité augmentée et poésie, textes et improvisations, conférences et sensationnalisme, notre choix collectif a été de ne pas choisir, mais de s’encourager et de s’organiser. Parce que l’origine de tout cela va au-delà des esthétiques : elle réside dans le plaisir de jouer, de créer et surtout de partager. C’est pour nous le moyen de faire émerger de nouvelles écritures, des tentatives de formes inédites, à même de parler le plus justement possible de notre monde, dans ce qu’il a de riche, complexe et contradictoire.

Nous ne ré-inventerons rien, mais nous pourrons raconter différemment.

le poulpe c’est qui ?

cécile carbonel

Sa mère n’arrivait plus à canaliser son énergie et son imagination alors, à 4 ans, Cécile a commencé l’éveil musical, elle adorait secouer des branches et taper sur toutes sortes d’objets, mais à 6 ans elle a rejoint un atelier théâtre… Alors après avoir fait un petit détour par le Social (Diplôme d’éducateur spécialisé) elle est revenue à ses premières amours en se formant au CRR de Tours, à la suite de quoi elle cofonde Le Poulpe et travaille avec les Involtes (19).

delphine meilland

Depuis son plus jeune âge, elle a rêvé d’être blonde platine. Et elle l’a été d’ailleurs. A sa sortie du Conservatoire de Tours, elle travaille avec Jacques Vincey, Vanasay Khamphommala, la compagnie Feu un Rat!. En 2018, elle passe un mois en atelier de recherche avec Joël Pommerat. Également chanteuse, elle joue dans le duo Léopard.

nicolas spina

On l’a obligé à assister à son premier cours de théâtre, car on le trouvait trop timide. La suite s’est écrite avec un peu de Commedia dell’arte et un peu de jeu clownesque. Diplômé d’un Master d’arts du spectacle et d’un CET obtenu au Conservatoire de Tours, il joue aujourd’hui avec le Théâtre des Trois Clous et idolâtre Judy Garland.

laurène nouvellon

Elle est née en 1992. Elle pratique le théâtre depuis l’âge de 9 ans : école primaire, ateliers amateurs, lycée, Conservatoire d’art dramatique de Tours, Théâtre Universitaire, Collectif La Portée.

louise maurice

Elle commence la scène en 2004 avec le Barroco Théâtre, puis passe un Bac Théâtre au Lycée Grandmont en 2009 et en 2010 entre au CRR de Tours. En 2016 elle obtient son Diplôme d’Études Théâtrales et travaille ensuite depuis avec des compagnies du département et donne des cours de théâtre en collège et lycée. En parallèle, Louise est photographe professionnelle, spécialisée dans les spectacles vivants et travaille sous le nom M[Art]ha.

maude terrier

Comédienne et metteuse en scène dans le collectif Le Poulpe, elle a d’abord voulu faire science-po mais a plutôt fait un master recherche en anglais. Le théâtre a finalement été la constante, depuis la 3ème avec Mme Texeira, en passant par les cours à l’université jusqu’au conservatoire de Tours.

jules jacquet

Il est comédien, musicien et metteur en scène. En 2011, il entre à la fois à l’école de graphisme Brassart et au Conservatoire d’Art dramatique de Tours. Ensuite, il travaille avec la Compagnie SIC, le Théâtre des Trois Clous, et compose la bande originale de spectacles de la Compagnie Discrète et la compagnie ADN.

quentin mabit

Après avoir passé la majeure partie de sa vie à ne pas vraiment savoir qui il était, il s’est dit qu’être comédien pourrait être un bon moyen de continuer dans cette voie de manière légale et rémunérée. Formé au DEUST Théâtre de Besançon puis au Conservatoire de Tours, il travaille ensuite avec la compagnie la Tumulte, le Théâtre du Sous-Sol et la Compagnie Discrète.

collaborateur·ice·s artistiques

paul berthomé

Il est régisseur général et créateur lumière de plein de spectacles du Poulpe

brice trinel

Il est régisseur général et plateau sur Si j’avais su, je serais resté chez moi

alexandre hulak

Il a fait la régie son d’AD LIB et maintenant il fait celle de GOOD GIRL

elisa mabit

Elle fait la direction d’actrice de Seule Venise

ornella banette

Elle a fait la régie lumière de Love and Money

alexandre finck

Il joue dans Si j’avais su, je serais resté chez moi

alexandre le nours

Il était regard bienveillant sur AD LIB et maintenant c’est notre feat. mise en scène sur GOOD GIRL

victor badin

Il a fait la régie lumière pour AD LIB

justine calais-gillot

Elle joue dans Si j’avais su, je serais resté chez moi

emilie cousteix

Elle est dramaturge d’Anna & Michel

matthieu villoteau

Il a fait la régie son d’AD LIB

margo delfau

C’est DJudy !

lisa pasquet

Elle a créé la lumière de Love and Money

lou pajot

Il joue dans Les Animaux Binaires

vincent negrão

Il fait la création son de Si j’avais su, je serais resté chez moi

hélène poncet

Elle joue dans GOOD GIRL sur la saison 2021-2022

Photos :  ©M[Art]ha, ©Benjamin Dubuis, ©France Ferrand, ©Florian Jarrigeon, ©Dan-860, ©Hocowtown,
©Capital Tony, ©Jérôme Renaud, ©Thomas Dewitte, © Mathilde Baron-Harjani